VISITE DE TRAVAIL DE SON EXCELLENCE JULES DORET NDONGO MINISTRE DES FORETS ET DE LA FAUNE A DOUALA – CAMEROUN

VISITE DE TRAVAIL DE SON EXCELLENCE JULES DORET NDONGO MINISTRE DES FORETS ET DE LA FAUNE A DOUALA – CAMEROUN

Le Ministre des Forêts et de la Faune accompagné de ses plus proches collaborateurs a effectué ce vendredi 24 Septembre 2021 une visite de travail dans la ville de Douala.

Au cours de cette visite, son excellence Jules DORET NDONGO a effectué une descente dans le parc à bois du Groupe WICWOOD THANRY situé dans la zone portuaire, dans les installations de la Cameroon United Forest (CUF) et du Groupe SEFECCAM – SIENCAM afin de se faire une idée réelle de la situation qu’endurent les opérateurs économiques du secteur forêt – bois. Le Ministre et sa suite ont également marqué un arrêt pour visiter les installations du quatrième scanner dédié à l’export installé au niveau de la place de l’UDEAC avant de poursuivre son périple par une séance de travail au niveau du Guichet Unique pour le Commerce Extérieur (GUCE) où il s’est imprégné des procédures d’exportation du bois afin de recueillir les points de blocage ou de dysfonctionnement.

Au cours de cette visite il était question pour le Ministre d’échanger, identifier avec les opérateurs économiques les difficultés et de trouver de façon concertée des solutions appropriées. « Pour parvenir à ce stade, il était important en amont, que je puisse procéder à certaines visites pour être moi-même le témoin des procédures telles qu’elles se déroulent et des difficultés ou des obstacles qu’on rencontre au moment d’exécuter ces procédures », a expliqué le Ministre. Il a ainsi pu se faire une idée précise en voyant « en direct » les procédures d’empotage, la signature des documents.

Les membres du Groupement de la Filière Bois du Cameroun (GFBC) ont souhaité que le Ministre des Forêts et de la Faune de joue les facilitateurs auprès des autres administrations.

Pour Jules Doret Ndongo, la résolution des problèmes que rencontrent les forestiers va aussi soulager le portefeuille de l’Etat.  « L’objet ultime c’est de faire en sorte que les opérateurs économiques dont nous assurons la tutelle puissent exercer leurs activités dans les conditions leur permettant de tirer leur épingle du jeu et que l’Etat que je représente dans le sous-secteur forêt-faune, lui aussi puisse tirer parti de ce que la forêt est pour nous un capital. C’est un vivier qui nous permet d’avoir les moyens puisque nous sommes le troisième contributeur au PIB de notre pays », rappelle-t-il.

La visite du Ministre des forêts et de la faune a fait du bien à ceux qui l’ont convié. Ils estiment qu’il était important que le Ministre aille à leur rencontre.  « Nous sommes satisfaits. Le Ministre a lui-même pu constater les difficultés inhérentes. Il les a vécues. Il repart satisfait de sa visite. Il nous remercie d’avoir insisté. Il sait que ceux qui gouvernent doivent souvent descendre sur le terrain pour prendre vraiment la température réelle et les difficultés pour pouvoir apporter les solutions idoines », réagit le président du GFBC, Jean Faustin Ngueyep Njossu.

Cette visite de travail a été ponctué par un dîner débat au cours duquel plusieurs thématiques ont été abordées notamment :

  • Problèmes liés à l’exploitation (pénurie des documents sécurisés, gestion des parcs de rupture, problématique des empotages).
  • Mise en œuvre de l’APV/FLEGT : Déploiement du SIGIF2 : Contribution à l’amélioration de la Solution informatique
  • Problématique de la mise en œuvre de la Décision de la CEMAC par rapport à l’interdiction de l’exportation des grumes à partir du 1er janvier 2022 – Mise en œuvre de la stratégie de Transformation plus poussée du bois
  • Perspective de l’exploitation forestière au terme de la première rotation des Concessions forestières (« Exploitation forestière de 2ème génération » en lien avec la Décision de la CEMAC.
  • Fiscalité forestière ‘’incitative’ ’et Certification forestière privée
  • Appropriation du Marché Intérieur du Bois (MIB)
  • Mise en œuvre des projets REDD+ et Carbone dans les concessions forestières : contribution à la lutte contre le changement climatique.
  • Renouvellement de la ressource : Contribution du Secteur privé à la mise en œuvre du Programme National de Développement des Plantations Forestières – PNDPF).